Misericordias Domini

Beethoven a-t-il été inspiré par Mozart ?

Wolfgang Amadeus MOZART est né à Salzbourg (Saint-Empire Romain Germanique) le
27 janvier 1756 (il avait donc 14 ans à la naissance de Beethoven) et mort le 5 décembre 1791 à l’âge de 34 ans (Beethoven en avait 21) à Vienne où il demeurait depuis une dizaine d’années.

Misericordias Domini KV 222 en ré mineur (comme la Symphonie n°9 de Beethoven) :

Ce morceau a été composé par Mozart à Munich en toute hâte (à peine quelques jours, semble-t-il) à l’âge de 19 ans à la demande en février 1775 de Maximilien III qui fut PrinceÉlecteur de Bavière de 1745 à 1777. Il fut donné pour la première fois le 5 mars 1775 à la Hofkapelle de Munich. (cf. page 2 de la partition).

Paroles : Misericordias Domini In aeternum cantabo :
Extrait du texte biblique (Répertoire grégorien Livre des Psaumes 89)

Misericordias Domini in aeternum cantabo :
in generationem et generationem
annuntiabo veritatem tuam in ore meo.

Éternellement, je chanterai les miséricordes du Seigneur :
de génération en génération,
j’annoncerai votre vérité sur mes lèvres.

https://www.youtube.com/watch?v=lEBYufTXJQk

Rias Chamber Chorus Berlin Radio Symphony Orchestra ; Marcus Creed Conductor

 

Ludwig VAN BEETHOVEN est né en 1770 à Bonn en Allemagne et mort le 26 mars 1827
à Vienne en Autriche.

En 1787, il se rend à Vienne pour étudier avec Mozart (il aurait joué et pris quelques leçons avec lui) , mais il n’y séjourne que du 7 au 20 avril, devant quitter précipitamment Vienne pour se rendre au chevet de sa mère mourante.

Et d’ailleurs, triste coïncidence, au même moment Mozart est informé que son père est lui aussi mourant. Ce dernier décédera en mai 1787, soit deux mois avant la mère de Beethoven.

Au début du mois de novembre 1792, Beethoven se rend de nouveau à Vienne pour étudier auprès de Haydn, rencontré quelques mois plus tôt à Bonn. En plus des cours avec Haydn, et surtout après son départ pour Londres en janvier 1794, il suit ceux de Johann Schenk et de Georg Albrechtsberger pour le contrepoint et d’Antonio Salieri entre 1800 et 1802.

Ce n’est qu’en mars 1795 que Beethoven donnera ses premiers grands concert à Vienne et le 31 mars il jouera le concerto n° 20 K. 466 de Mozart, concerto également en ré mineur, d’ailleurs le seul en mineur des concertos de Mozart. Ce dernier l’avait créé et joué dix ans auparavant, également à Vienne, en février 1785, comme soliste tout en dirigeant l’orchestre.

Le 2 avril 1800, Beethoven organise son premier concert associant des œuvres de Mozart et de Haydn.

Hymne à la Joie (ou Ode à la Joie)

Œuvre de la dernière période créatrice de Beethoven, la composition de la Neuvième symphonie
(en ré mineur) s’étala de la fin de 1822 à mai 1824 à Vienne. Mais tout au long de sa vie, Beethoven semble avoir été hanté par le thème mélodique de l’Ode à la Joie (poème de Schiller composé en 1785 que Beethoven a lu en 1792) que l’on retrouve déjà dans un lied Gegenliebe composé en 1795 et aussi dans la Fantaisie chorale qui date de 1808 mais encore en 1810, dans le lied Mit einem gemalten Band opus 83 n° 3 d’après Goethe.

Un extrait du presto final de l’Ode à la Joie, du 4e et dernier mouvement de la symphonie, tel qu’il a été réarrangé par Herbert von Karajan, est devenu l’hymne de diverses institutions européennes, dont le Conseil de l’Europe (en 1972) et l’Union européenne (en 1985).

https://www.bing.com/videos/search?q=ode+%c3%a0+la+joie+Beethoven&view=detail&mid=7362D8D3A9824CDFCA527362D8D3A9824CDFCA52&FORM=VIRE  (Bernstein)